1 févr. 2014

Le réseau racinaire des plantes et des arbres.

L'essentiel de la vie d'une plante se cache sous terre. La partie aérienne n'est que la face immergée de l'iceberg si on peut dire. Le système racinaire des plantes représente 80% de sa biomasse. On recense un record de plusieurs milliers de km carré de racines pour un seul individu:*****.


Les plantes vertes ont la capacité unique de produire leur propre énergie et donc de s'alimenter de manière autonome. Les feuilles sont de véritables panneaux solaires respirant qui ont la capacité de capter et de s'orienter pour optimiser la production de sève, de chaleur, d'eau et de sucre dans toute la plante. Une faculté unique dans le monde vivant qui équilibre leur faible capacité de déplacement en surface.


L'exploration du sol se fait par les racines
C'est cette deuxième tête pensante qui permet aux organismes végétales de capter les nutriments du sol et les faire remonter dans le haut de la plante. La chute des feuilles mortes permet d'enrichir le top soil. Ce cycle fait circuler les nutriments dans les strates du sol et l'aère. C'est ce qui procure cette sensation agréable de marcher sur un sol moelleux en forêt.

"Les racines ont des feuilles" Pascal Cribier, Espace Electra 2008
Les racines se développent toutes l'année, et plus spécialement au printemps et en automne, lorsque le
 cycle de l'azote et celui du carbone s'activent. En hiver, la plante entre en dormance si les températures chutent en dessous de zéro.

Le système foliaire se développe selon le cycle de l'azote, qui s'active au delà de 01°, il est optimal surtout au delà de 15°C, ce qui correspond en moyenne au solstice de printemps; il est à son apogée vers les 28°-35°c, ce qui a pour effet d'arrêter la floraison et de faire baisser ensuite le taux d'azote dans le sol au profit du carbone.

Ce sont les racines qui transforment l'eau de sève en sucre. Ce même sucre peut d'ailleurs être une monnaie d'échange avec des organismes symbiotiques du sol. Et fait partie des postes de dépenses énergétiques prioritaires dans la croissance d'une plante.

La fonction de ces deux cycles est d'assurer une recharge énergétique maximale et permettre au réseau racinaire de se développer, sorte de nomadisme souterrain, d'activer la floraison, l'attraction de pollinisateurs, la fructification et la dispersion de graines.



La rhizosphère: (en cours)

Les plantes des prés


Les plantes des prés sont majoritairement des graminées, des herbacées et des couvre sol. Beaucoup sont annuelles, ou bi annuelles, mais il y a aussi des plantes vivaces et pérennes.

Elles occupent la surface du sol, l'aère, le nourrie et drainent l'eau en profondeur. Elle produisent du carbone et elles s’associent avec les bactéries andomycorhiziennes du sols prioritairement.


Elles sont les clés de l'équilibre du sol, elles évitent son compactage et les brûlures par les UV, elles régulent l'équilibre hydrique tout au long de la journée.


Il est inutile de les arracher. Vous pouvez planter entre les pieds, car le sol a une capacité de densification très forte. Il faut simplement veiller à l'architecture du système racinaire tout autant qu'à la partie aérienne des plantes, et c'est souvent ce qu'on oublie de penser. Il faut planter ensemble des plantes non compétitrices en terme de nutriments, de soleil et d'eau, mais aussi en favorisant les plantes qui structurent le sol de manière complémentaire - une drainante avec une racine pivot par exemple. La diversité est préférable.

Plus vous irez vers la mono culture de plantes superficielles, moins les nutriments leurs seront accessibles, plus elles souffriront de stress hydrique.

Les plantes de la famille des sonchus, des chardons, des chénopodes et des coquelicots sont très utiles à tous les étages. Les chardons ont un système racinaire qui peut puiser l'eau à plusieurs mètres de profondeur et le rendre disponible en surface, leur système foliaire récoltent de l'eau par litre; ils sont très mellifères et attirent de nombreux pollinisateurs comme les bourdons, les papillons, les abeilles, ainsi que des oiseaux dont les mésanges et le chardonneret, les altises, les fourmis et les pucerons noirs dont sont friands les coccinelles et leurs larves.

Les plantes de la famille des fabacées et des papilionacées comme la luzerne, le mélilot, les vesces, les gesses, les coronilles, les trèfles s'associnet avec les bactéries rhizobium et fixent l'azote dans le sol dans des excroissances sur leur système racinaire, des nodules, de petites billes roses pâles.

Elles attirent ces bactéries qui vont ensuite s'osoccier avec des légumes sauvages ou cultivées, notamment les légumes racines comme la carotte, les betteraves,les radis, les navets etc.Pour plus d'infos à ce sujet, consultez notre article sur les pantes fixatrices d'azote.




Les plantes aquatiques.

Dans le cas d'une disponibilité accrue de nutriments, le système racinaire n'a pas besoin de s'étendre et diminue. C'est notamment le cas des plantes aquatiques, des plantes filtrantes et des plantes fixatrices d'azote par exemple.


Les arbres des forêts



La mycosphère (en cours)

le réseau fongique:

bactéries rhizobium fixatrices d'azote sur luzerne.



"The root braim theory" (Darwin)



http://lesbeauxjardins.com/cours/botanique/8-Anatomie/index.htm
http://en.academic.ru/dic.nsf/enwiki/35786
Diversity and heritability of the maize rhizosphere microbiome under field conditions:http://fuckyeahplantbiology.tumblr.com/post/48269042873/diversity-and-heritability-of-the-maize
Lexique du sol http://premiumorange.com/renard/revisions/SVT/lexGeol.htm
exposition racines http://france.edf.com/html/fondation/cribier/index.html
http://www.ecosociosystemes.fr/typologie_sols.html
http://www.jardiner-autrement.fr/1-prevenir/nourrir-le-sol-et-les-plantes/51-les-besoins-des-plantes-pour-croitre-et-se-developper
http://bernard.lagrelle.pagesperso-orange.fr/AA%20culture/culture%20d%E9taill%E9e/fertilisation/role%20des%20elements%20mineraux.htm