Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2014

Le biotope du prunellier

Le prunier sauvage, aussi appelé prunellier ou épine noire, est une essence forestière fruitière
pionnière en France et dans le sud-ouest de l'Europe. Il est présent sur tout le territoire avec une concentration forte dans l'Est, le Nord et le Centre de la France.

Prunus spinosa pousse en bordure de forêt et dans toutes les zones en friche ou en transition vers la forêt. Il pousse dans les taillis, les haies, les bords des chemins, les bordures forestiers et la majorité des fruticées.

Il est souvent associé à l'aubépine, au cornouiller sanguin et à d'autres arbustes fruitiers, notamment les espèces à baies et à noix, glands, faines, samares, noisettes, des lianes ou des plantes grimpantes et le brachypode. Il apprécie la présence d'humidité et de fixateur d'azote mais s'accommode de conditions bien plus pauvres.

Son biotope de référence est la haie champêtre des plaines et des collines, et la haie forestière des érablières champêtres dans les chênaies-hêtrai…

Le biotope du pommier

Le pommier communmalus communis partage le
même biotope que son homologue forestier, le pommier sylvestremalus sylvestris dont certaines espèces cultivées sont issues.
Le pommier vit en moyenne 70 ans et peut atteindre les 100 ans localement. Il fructifie bien jusqu'à 30 ans.
La chênaie-hêtraie claire correspond à son environnement forestier, et plus spécifiquement leur situation en haie fruitière, en fruticée ou dans une clairière.

Les espèces de malus, prunus et de pirus partagent le même biotope. Pommier sauvage, pommier commun, poirier sauvage et poirier commun affectionnent les mêmes plantes compagnes. Ainsi que le cognassier, Cydonia oblonga, que l'on surnomme la pomme de Cydonie ou la poire de Cydonie. Le néflier d'Europe partage aussi une écologique similaire.


















erratum 4:39 germandrée mélampyre des prés


+ la vidéo des résultats de la régénération d'un pommier cultivé est tournée, montage en cours.


Les champignon-viande.

Viande rouge, viande blanche, viande bovine, volaille, poisson, poulpe, crustacé. Les champignons peuvent constituer un met de choix dans la cuisine végétarienne, notamment comme substitut de la viande ou du poisson.

Et oui, il y a des champignons au goût et même à la texture de viande de boeuf, de poulet, de poisson fumé, d'écrevisse, de poulpe ou de fromage. On les appelle langue de boeuf, poulet des bois, vachotte, palomet, pied de mouton... Voici quelques champignons au goût atypique.

L'odeur carnée ou soufrée chez les champignons a pour fonction d'imiter la viande carnée, les oeufs et les carcasses pour attirer les insectes carnivores comme les mouches, les moucherons, les taons, les moustiques femelles, les guêpes, les punaises, les scarabées, les libellules, les papillons et aussi les gastéropodes, notamment les limaces... Chez les insectes, les femelles se nourrissent de sang pendant la période d'incubation des oeufs; elles peuvent aussi y pondre leur oeufs pou…

Les fougères, des plantes primitives

Les fougères appartiennent à la famille des Ptéridophytes - pteros "aile" phytos végétal.

La grande majorité des fougères et leurs cousines se plaisent dans les milieux humides et ombragées. Il existe des fougères dans les pays froids comme dans les pays chauds. Les plus beaux rassemblements de fougères poussent dans les forêts tropicales humides.

Quelques espèces supportent des stations ensoleillées et sèches comme la fougère aigle qui se plait sur sol siliceux et soumis aux UVvs, ou les fougères des murailles qui se plaisent entre les rochers ou dans les interstices des murs.

Les fougères sont des espèces sensibles, elles évitent les milieux anthropisés, urbanisées ou les terres cultivées. La diminution des espaces naturels comme les forêts sauvages, les zones humides et la pollution des eaux, accélèrent leur disparition et leur raréfaction.


Mycogardening : Les ponts mycorhiziens dans une forêt jardin.

DU SUCRE, DES POMMES ET DES CEPES
























Lors de mes observations en forêt, j'ai pu remarquer au pied d'arbres fruitiers sauvages comme le pommier, les aubépines, les noisetiers, mais aussi des houx
(non comestible), des champignons ectomycorhiziens, comme le cèpes, les bolets, les chanterelles, les amanites, des russules, des lactaires, normalement associés à des essences forestières à bois, comme le chêne, le hêtre, le charme.

C'est une observation de grande importance.

Au cours de l'évolution, les arbres fruitiers ont développé des associations symbiotiques avec des bactéries et des champignons arbusculaires, particulièrement en plaine. Du fait de leur courte durée de vie, de 50 à 100 ans en moyenne, ils ne développent pas de relation symbiotique avec des champignons ectomycorhiziens. Alors comment des cèpes peuvent-ils pousser au pied d'un pommier?

La symbiose arbres fruitiers/champignons basidiomycètes serait indirecte.




Actualités : nouvelles lectures scientifiques sur…