Accéder au contenu principal

Les fougères, des plantes primitives

Les fougères appartiennent à la famille des Ptéridophytes - pteros "aile" phytos végétal.

La grande majorité des fougères et leurs cousines se plaisent dans les milieux humides et ombragées. Il existe des fougères dans les pays froids comme dans les pays chauds. Les plus beaux rassemblements de fougères poussent dans les forêts tropicales humides.

Quelques espèces supportent des stations ensoleillées et sèches comme la fougère aigle qui se plait sur sol siliceux et soumis aux UVvs, ou les fougères des murailles qui se plaisent entre les rochers ou dans les interstices des murs.

Les fougères sont des espèces sensibles, elles évitent les milieux anthropisés, urbanisées ou les terres cultivées. La diminution des espaces naturels comme les forêts sauvages, les zones humides et la pollution des eaux, accélèrent leur disparition et leur raréfaction.

mont du Grand Etang, à la Réunion.




les fougères primitives

Les fougères existent depuis le Carbonifère (345 millions d'années avant notre ère) et même depuis l'ère Dévonien (395 millions d'années avant notre ère). La plupart sont des espèces fossiles, beaucoup étaient arborescentes. Seules quelques familles persistent aujourd'hui, dont certaine sont en fin de cycle naturel. Les Filicinées sont les dernières fougères en plein épanouissement encore aujourd'hui.


Les fougères arborescentes perdurent dans les forêts chaudes et humides des tropiques et les fougères de la familles des Filicinées que nous connaissons en Europe.

Les rares fougères arborescentes qui s'acclimatent sous nos latitudes préfèrent des climats humides et océaniques comme la Bretagne, ou la chaleur de la Méditerranée. Toutes sont des spécimens importés.

Les prêles sont les seules formes résiduelles des Equisétinées, la famille equisteum sont les plantes herbacées que nous voyons, alors que leurs ancêtres étaient arborescentes.

Les lycopodes et les Selaginelles existent encore. Ce sont des espèces protégées en voie d'exctinction. Ce sont des espèces rampantes ou ramifiées.

Toutes les autres fougères sont éteintes ou fossiles.

forêt de fougères arborescente au jardin botanique de ? (sud france)
jardins arborescentes au jardin botanique de stang alar dans le finistère


La reproduction des fougères
http://www.larousse.fr/encyclopedie/images/Cycle_reproductif_de_la_foug%C3%A8re/1001102
Les fougères sont des plantes à part entière car elles ne produisent ni fleurs ni graines; elles se reproduisent par spores, un peu comme des champignons. L'eau est l'élément germinatif essentiel à leur reproduction. Elles ont un système racinaire. La reproduction isoporie caractérise les fougères de la famille des Filiciées et des Lycopodes: les spores sont identiques, en taille et en genre. Le prothalle qui va germer est hermaphrodite.

L'autre particularité de la reproduction des fougères est l'alternance des générations.

En Europe, les fougères ont un système racinaire horizontal rhizomateux sous terrain et peut même couvrir une large surface de terrain comme la fougère aigle. La fougère aigle est la plus grande fougère d'Europe avec les Polystichium. 

Toutes les fougères arborescentes, reliques du temps des dinosaures, vivent dans les pays tropicaux, à la Réunion, au Costa Rica, à Okinawa. Quelques variétés peuvent s'adapter au sud de la France ou à la Bretagne, au climat océanique. Elles développent "un tronc" qui se forme par emboîtement successif des bases des pétioles foliaires avec des racines adventives, c'est un système racinaire vertical.
crosnes de fougère arborescente - Costa Rica
Les feuilles des fougères poussent en rosette ou en solitaire. Elles sont enroulées sur elles-mêmes et forment des crosnes vertes claires, qui caractérisent les fougères. Dès l'apparition des poils bruns ou d'une pigmentation verte foncée, la plante se charge en hétérosides toxiques. La feuille pousse lentement et entièrement sous terre pendant l'hiver, puis émerge au printemps et se développe tout l'été. La vitesse de déroulement de la crosne vient du fait que les cellules de la face inférieure se développent plus vite, activée par les rayons UVs, même de faible intensité.

Les prêles développent un système analogue. Les prêles existent en Europe comme sous les tropiques.

La tige est télescopique, elle grandit en se subdivisant verticalement. Les feuilles sont si fines, et parfois écailleuses, on les appelles des microphylles, qu'elles ne peuvent pas ou peu assurer la photosynthèse; c'est donc la tige qui joue ce rôle essentiel.

Les rameaux comme le rhizome des prêles ont la particularité d'être articulés. 
On trouve un type de croissance cousin chez d'autres plantes primitives comme les palmiers, les bambous, les roseaux et même les bananiers.

Les lycopodes
Il existe encore 9 genres de lycopodes. Ces plantes sont protégées par la loi.
Le système reproductif des lycopodes est lent. C'est l'une des raisons majeure de leur raréfaction. La maturité des plantes est d'environ 15 ans. Les spores des lycopodes ne germent pas après leur libération, ils peuvent attendre plusieurs années. Alors la plante se développe aussi par multiplication végétative, avec des stolons. Le jeune lycopode a une croissance très lente et il est très sensible au piétinement, comme la plante adulte.

Les lycopodes entretiennent une relation mycorhizienne avec un champignon symbiotique qui active la germination et le développement de la plante. La racine des lycopodes ressemblent à une petite tubercule, hôte du champignon andomycorhizien.

La lycopode la plus connue en Europe et le lycopode en massue, ou lycopode clavaire. C'est une plante médicinale.

Les isoètes


Les sélaginelles

Ce sont des fougères primitives rampantes. Elles vivent dans les milieux aquatiques ou fortement humides. Elles ressemblent un peu à une mousse. Il existe environ 700 espèces.




Les sélaginelles ont une particularité : elles ont des spores mâles et femelles différentes. Cet hétérosporie est endogène; car le prothalle est si petit qu'il germe à l'intérieur du spore.
On serait tenté de considérer les sélaginelles comme les ancêtres des plantes dichotyldones que l'on connait. Les sélaginelles sont certes les premières plantes à avoir développé une sexualisation différenciée, mais beaucoup d'autres plantes vont développer cette stratégie de reproduction par la suite, comme les hydroptéridales.

Nos plantes et arbres fruitiers seraient issus d'autres familles que celles des fougères.

Les fougères d'Europe
famille Filicinées
la fougère en épi, la fougère des bois



la fougère aigle, la fougère des terrains siliceux.

fougère aigle supérieure à 2 m s'appuyant
sur un robinier faux acacia (fixateur d'azote).
La fougère aigle est la plus grande fougère d'Europe. Leur fronde peut atteindre 1m60 et plus si elle trouve un support.

Leur fronde, la feuille en forme d'aile, en s'appuyant sur les branches d'un arbre, décharge une partie de son poids. Leur système vasculaire économise ainsi de l'énergie pour irriguer et développer le système foliaire plutôt que pour épaissir les parois cellulaires ou construire le système ligneux.

En échange, l'arbre bénéficie de l'important feuillage de la fougère aigle qui abrite son sol des UVs brûlants et limite l'évaporation, ce qui sont souvent deux problématiques sur les sols siliceux et instables sur les quels poussent les fougères aigles.

La fougère aigle développe un système rhizomateux superficiel qui limite la compétition avec d'autres plantes. Elles couvrent des surfaces de terrains très vastes, de plusieurs centaines de mètres carrés.

La fougère aigle émet des substances cyanhydriques et benzoïques qui éloignent les bactéries pathogènes, les acariens et les mammifères. Les limaces et les puces fuient les litières de fougère aigle. Un des plus grand agent chimique de la fougère est la thiaminase, une antivitamine B1.

les fougères des murailles


polypode, réglisse des bois



Les fougères tropicales

fougère arboresscente

fougère japon
Jorn de Percy
expérimente le jardin sauvage dès 1860
Les polypodes ainsi que d'autres variétés ont été récoltées dans l'histoire, et même cultivées, notamment au XIXème siècle, particulièrement au Royaume Uni. A l'époque victorienne, les fougères ont inspiré des botanistes, des artistes et beaucoup d'autres univers; on a appelé cette époque "la fern-fever" ou encore la ptéridomania. Sarrah Whittingham, une historienne, a écrit un livre sur le sujet "Fern Fever: The Story of Pteridomania". La Société Américaines des Fougères, The American Fern Society, est crée en 1893 et compte aujourd'hui 900 membres.

Charles Sillem Lidderdale
The fern gatherer, 1877
http://en.wikipedia.org/wiki/Pteridomania , http://amerfernsoc.org/, http://www.peterboyd.com/pteridomania.htmhttps://www.pinterest.com/lafaewisp/queen-victoria-vl-empire-history-extended-family/
http://en.wikipedia.org/wiki/Pteridomania
l'art des fougères à l'époque victorienne http://www.peterboyd.com/pteridomania.htm
http://www.forestferns.co.uk/tree-ferns/dicksonia/dicksonia-antarctica

https://www.flickr.com/photos/biodivlibrary/sets/72157634985179064/
https://www.flickr.com/photos/biodivlibrary/sets/72157636584493805/
http://www.xn--homopathie-d7a.com/traitements/lycopodium-clavatum.html

Vous aimerez aussi :

Cultiver avec les Limaces et les Escargots

Les limaces sont-elles nuisibles? Du recyclage de la matière, à la cohésion du sol jusqu'au repas favori d'animaux compagnons, les gastéropodes jouent un rôle pionnier dans l'écologie des milieux, jardin potager y compris. Tous les gastéropodes ont un rôle fondamental dans l'équilibre d'un jardin.
La vie secrète des limaces mérite qu'on s'y intéresse. Les limaces existent depuis 350 millions d'années, et ont évolué des escargots terrestres, venant eux-mêmes de la mer. Leur surnom "estomac sur pied" en grec leur colle à la peau.

Les gastéropodes sont pour la vie du sol ce que les abeilles sont pour les plantes à fleurs: un chaînon vital de l'écosystème.


Pourquoi le jardinier adore les vers de terre mais boude les escargots et les limaces?

Cultiver avec les limaces peut paraître fou en agriculture... et pourtant, voici des applications incongrues pour faire des limaces, des compagnons plutôt que des nuisibles. A chaque limace son rôle!

Après…

Les Ruches en apiculture naturelle et sauvage - découverte sur les abeilles, les fourmis et les champignons.

L'apiculture naturelle s'inspire de l'essaim sauvage et de la vie des abeilles dans la nature. La ruche populaire à rayons fixes se rapproche du tronc d'arbre. La récolte du miel ne nécessite ni cadre, ni cire, ni enfumoir  ni habits, ni centrifugeuse, quasiment aucune manipulation; l'apiculture dans son plus simple appareil. L'abeille est libre de construire sa colonie et son architecture comme bon lui semble.


Plantes bio indicatrices

la version actuellemnet en ligne date de 2013 actu 2018: j'aimerais actualiser complètement cet article...
L'observation de la végétation fournit de nombreuses indications sur le sol, sa qualité, sa structure, sa composition, son PH et sur la disponibilité des nutriments. Et donc sur les possibilités de culture, de construction, les démarches à effectuer pour équilibrer les sols ou les enrichir si nécessaire. Il est toujours préférable de choisir les plantes adaptées au terrain et non l'inverse.
En agriculture conventionnelle, le sol est vécu comme un simple réceptacle. En agriculture naturelle, le sol est vivant et on travaille avec la nature dans le but de favoriser l'activité microbienne du sol. L'excès de fertilisants et d'azote, sans parler des amendements de synthèse, favorisent les bactéries pathogènes qui tuent les bactéries dites "efficaces" du sol et créent une concurence effrénee dans le sol qui se vide de vie après 2 ou 3 ans seulement. P…

Le biotope du Noyer - 1ère partie. Le noyer est-il si toxique?

Le Noyer, Juglans Regia, est un arbre à noix cultivé depuis plus de 1000 ans.

Le noyer est-il un arbre toxique? Le noyer est l'un des arbres cultivés les plus controversés. 

C'est un arbre à la mauvaise réputation dans les vergers à cause de sa composition en juglone, un composé chimique qui inhibe la germination et la respiration de nombreuses plantes.

Le Noyer a aussi une bonne réputation: il indique les terres arables de bonne qualité. L'arbre est bio indicateur des terres équilibrées, riches en azote, en argile et en eau. Le complexe argilo-humique est souvent excellent.

Le noyer pousse aussi dans des conditions d'hydromorphisme et dans des sols saturés en nitrates. Il tolère même des stations anaérobies, polluées par les nitrites, les molécules chimiques et les métaux lourds.

Au Moyen Age, nombre de paysans français rechignaient à planter des noyers dans les vergers. Les seigneurs accordèrent des aides aux agriculteurs qui en plantaient pour maintenir la culture du…

Ruche tronc, de l'écologie de l'arbre à la ruche.

LES TRONCS-RUCHE : L'ARBRE AUX ABEILLES Résumé : ************************************************














De la ruche de biodiversité à la Paraculture de miel sauvage.


En permaculture, le biotope des abeilles est propice à :





La symbiose des lichens.

Les lichens sont des organismes complexes, aux formes et aux couleurs extraordinaires. Ils existent depuis des millions d'années. Ce sont les premiers êtres vivants qui ont colonisé la croûte terrestre. Ils sont pourtant méconnus. Qu'est-ce qu'un lichen?

En réalité, ce n'est pas "UN" organisme, mais DES organismes, vivant en symbiose. Ils forment un
corps symbiotique de plusieurs symbiotes d'un champignon, d'une algue et de cyanobactéries. Le plus souvent, les lichens sont des organismes constitués de deux partenaires.

Le partenaire fongique, le champignon, représente plus de 90 % de sa biomasse. Le partenaire chlorophyllien, le végétal, le complète. Le plus souvent, il s'agit d'un champignon ascomycète (15000 espèces); on les appelle des ascolichens. Le champignon peut également être un basidiomycète (200 espèces) ou un deuteromycète (50 espèces). Le partenaire fongique s'associe à une algue unicellulaire ou filamenteuse.

Ils forment ens…

Cultiver avec les Ronces.

Les Mures sont les fruits des Ronces - rubus fruticosus. Ce sont les baies sauvages les plus connues et les plus appréciées avec les framboises (rubus idaeus) et les myrtilles (vacinium - éricacées).
Selon qu’on affectionne leurs fruits ou que l’on redoute leurs piquants, leur caractère envahissant nous pose problème.

Luttez contre les ronces ? Les brûler ? les arracher ? les tailler ? Vous ne ferez qu’accentuer « le phénomène » et dynamiser leur croissance. Les ronces sont armées pour résister aux assauts du jardinier. Alors comment apprivoiser notre comportement pour apprendre à cultiver avec les ronces?

Une plante fruitière comestible, pionnière, mellifère, hyper productive et qui se gère toute seule : tous les atouts sont réunis pour être une favorite de nos cultures. Les ronces renferment même une substance particulière qui pourrait bien vous intéresser pour vos semis et vos bouturages: une hormone de croissance. Que d’avantages à découvrir pour cette plante pionnière extra+ordi…

Semis, Bouturage et Marcottage et autres techniques de multiplication végétative.

Bouturage, marcottage et pollinisation croisée. 
Bouturer les plantes mères est une manière efficace et rapide de multiplier les plantes, vignes, arbres et arbustes, mais pas que.
Cette technique permet de garder la génétique d'une plante choisie, ses propriétés, son goût, sa maturité, ses résistances naturelles. C'est possible d'opérer à partir des jeunes rameaux de bois vert de moins d'un an au printemps, avant le débourrage des bourgeons, juste à la sortie de l'hiver ou à la fin de l'été-début de l'automne. Cela fonctionne également avec les rejets, un rhizome, une racine, voir d'une feuille selon le pouvoir régénérant de la plante. Les plantes aquatiques, les lianes, vignes, les cannes et les fabacées sont parmi les plus prolifiques; c'est pour cela qu'elles sont souvent envahissantes.

Plusieurs techniques: bouturage simple (plantes feuilles, tomates) bouturages en aquaponie (menthe, basilic, carotte, betterave, patate douce, papyrus, avocat…

Fruits d'hiver rustiques - Cultiver sous la neige 1/2

Cultiver sous la neige? Mais quelle idée!

Des saveurs exotiques sous la neige? Et oui, il existe des goûts sucrés de mangue, de banane, de
goyave, de datte, d'agrume et des saveurs rosés, musqués, épicés dans les variétés nordiques. Ce sont des espèces peu connues, oubliées et même sauvages qui ont été passées sous silence... Ces variétés ont des qualités gustatives et nutritionnelles hors du commun, jusqu'à 30 fois la teneur en vitamines C d'une orange par exemple. Merci la biodiversité! Serez-vous assez curieux pour les re-découvrir?

Au XVII ème siècle, la bourgeoisie se porte plus ouvertement vers les variétés exotiques ramenées des colonies comme symbole de leur richesse. Dans le même temps, l'exode rurale conduit nombre de paysans à quitter leurs campagnes pour devenir ouvriers en ville, censurant par là même leur culture paysanne et leur connaissance des plantes sauvages et des légumes traditionnels. Les traumatismes des guerres mondiales stigmatisent profondément…