Accéder au contenu principal

L'agriculture synergique: le réseau faune-flore-fonge.

Les applications en permaculture:
Réunir les conditions qui favorisent la synergie des plantes, des animaux et des micro-organismes du sol (bactéries, mycélia, acariens, etc...) optimise la bonne santé, la productivité, la communication, les échanges, l'autonomie et la pérennité du biotope des cultures.

Cette pratique culturale repose sur l'intelligence des organismes à interagir pour subsister au mieux dans un environnement. 

Le succès de cette forme de collaboration repose sur l'échange, la délégation, le mutualisme, la réciprocité,  la symbiose, dans laquelle les organismes participent activement. L'interaction crée des conditions augmentées, en quantité et en qualité supérieures à la somme de l'ensemble des propriétés des organismes pris isolément. Les organismes entre eux agissent donc comme des catalyseurs. Plutôt que la voie de l'autonomie individuelle, la vie optimale des plantes s'oriente depuis des millions d'années vers l'interdépendance, avec de nombreux systèmes relais, d'adaptation, de régulations et même d'alternatives. Ces choix ont permis aux organismes vivants des forêts de traverser les millénaires.
illustration du Carbonifère.
Les plantes sauvages sont donc individuellement "plus faibles", mais collectivement "plus fortes" car
elles délèguent une partie de leur vie à d'autres organismes pour tirer profit au mieux des possibilités locales, notamment en situation de stress, chacun des organismes du réseau s'attribuant des missions dans lesquelles ils performent intrinsèquement. Si vous cultivez des plantes sauvages isolément, "extraites" de leur biotope organique et social, elles ont toutes les chances de mourir car elles seront désorientées et désociabilisées. 


En condition naturelle sauvage, l'énergie des plantes est prioritairement distribuée dans la construction et le maintien du réseau, avant même leur propre développement ! C'est dire l'importance de considérer et d'encourager les bonnes conditions de développement de ces interactions faune-flore-fonge.

La transposition du paradigme de l'individualisme et de l'objectivisation du vivant a limité les recours en monoculture intensive. Ce modèle est non efficient sur le long terme et obsolète. Changer et évoluer est une nécessité.

>>> La culture synergique réconcilie les plantes cultivées avec leur génétique sociale.

>>> L'application des principes de l'agriculture synergique en permaculture devrait réconcilier les plantes avec leur faculté de communication et d'organisation pour leur vie, autonome par rapport à l'Homme et co-dépendante par rapport aux organismes de leurs environnement immédiat. Cultiver devient donc des actes de développement des conditions favorables et leur maintenance, et non plus une domestication du vivant. Dans une approche intégratrice, les cultivateurs-trices pourront s'intégrer à leur tour dans ce système d'échange symbiotique en jouant un rôle positif.

>>> En polyculture, régénérer les biotopes sauvages des plantes cultivées, qui partagent toutes des gènes avec leurs ancêtres sauvages, c'est participer à créer des conditions optimales pour les plantes et le travail de l'agriculteur-trice. C'est une révolution dans le métier et la pratique agricole, et une révolution des mentalités de l'Homme envers la Nature en acceptant d'y retrouver sa place intrinsèque.

Cette logique peut être étendue à d'autres domaines dans les relations sociales humaines, comme modèle d'éveil des potentiels collectifs des individus en famille, a l'école, en entreprise, en commerce, en énergie, en communication etc...



Un changement de paradigme
La vision séquentielle d'un organisme complet aux frontières définies n'est plus pertinente. Cette vision obsolète du Vivant correspond à une vision linéaire et binaire du rapport vie-mort.

La vision synergique du vivant invite à considérer les organismes, non pas comme des possessions individuelles d'entité, mais comme une collaboration unique et perpétuellement composée d'une multitude d'organismes vivants; ces communautés elles-mêmes évoluant selon ce principe de multi-réciprocité des ressources directes, continues, indirectes ou différées. On se rapproche plutôt d'un écosystème interactif entre plusieurs univers. 

C'est la dynamique des cycles des organismes et des matières qui constitue des déséquilibres harmonieux dans lesquels tous les participants sont favorisés à court, moyen ou long terme. Les rythmes semblent être à la fois alternatifs et continus. Les saisons et les variations jour/nuit semblent répondre à des dynamiques réciproques ou proches.

une révolution scientifique
Les progrès de la science ouvrent de nouveaux domaines d'approches
grâce à la physiologie végétale, la microbiologie, l'épigénétique et la neurobiologie végétale.

Chez un organisme vivant, seuls 15% des gènes sont déterminants.
Le comportement a la capacité d'activer, de moduler ou d'inhiber 85% des gènes.
(source : Joël De Rosnay)


C'est une révolution dans le domaine de la biologie.


Les facteurs déterminants sont:
les ressources nutritives, 
l'activité de l'organisme, 
la gestion des facteurs stress, 
l'émotion positive dans les actions ,
la sociabilité. 

Les choix du Vivant
Sur le plan génétique, chaque organisme est le témoin unique 
d'une réponse évolutive sur Terre.

Refuser la hiérarchie linéaire ou pyramidale traditionnelle ouvre de nouvelles perspectives. 
De nouvelles voies de recherches en Intelligence végétale, aussi appelée "neurobiologie végétale", construisent doucement un nouveau paradigme scientifique en biologie.

Saviez-vous qu'e l'ADN d'un grain de blé est deux fois plus complexe que celui de l'homme? que la lambrusque, l'ancêtre de la vigne, existait déjà avant l'apparition de l'homme? que la daldinia , un champignon, a connu l'époque des dinosaures? qu'une limace de mer peut synthétiser de la chlorophylle? qu'un pétunia peut encoder de l'ADN humain et produire de l'hémoglobine (plantimal pétunia Kac)? qu'une fraise peut encoder de l'ADN d'un poisson arctique pour résister au gel et devenir bleu électrique?


Si une telle transversalité peut s'opérer chez des organismes vivants, qu'ils s'agissent d'organismes vivants naturellement présents ou de manipulations génétiques viables, cela peut signifier que nous devons avoir bien plus en commun que nos différences
et que nos capacités d'adaptation sont bien plus grandes que nous pouvons l'imaginer.




 Notre pratique expérimentale 

En regroupant les espèces fidèles aux arbres fruitiers et aux légumes dans leur milieu sauvage,
nous recréons des symbioses naturelles entre faune, flore et fonge.

Une harmonie flore-faune-fonge
Ces suggestions de plantes fidèlement associées dans leur biotope sauvage permettent d'adapter les associations de fruits et de légumes dans les cultures et de les diversifier. Le but est de recréer une harmonie pérenne et dynamique dans les forêts jardins et les vergers entre plantes, animaux et mycélia.

s'adapter localement
Pour chaque espèce, notamment pour les herbacées, il existe des dizaines voir des centaines de variétés champêtres et sylvestres, maritimes ou continentales, méditerranéennes ou montagnardes... Il conviendra à chacun d'adapter au mieux son phytotype de référence en fonction des conditions locales de son site.

penser globalement
L'équilibre des biocénoses est étroitement lié à des stratégies d'évolution efficientes et écologiques que la Nature développe depuis des milliers d'années. Elles ont fait leur preuves au travers des adaptations climatiques et génétiques.

Sont-elles optimales?
Si on considère que la Nature est bien faite et intelligente, oui.
A nous, Humains, de s'intégrer dans ce processus et de retrouver la place qui est la nôtre:
dans la Nature.

En optant pour une démarche culturale dans la continuité de ces évolutions,
nous transmettons aux générations futures des terres vivantes,
  des espèces végétales, animales et fongiques en pleine santé.
Nous participons à un héritage commun.

qu'est-ce qui change?
Mon objectif est d'essayer de redécouvrir le biotope sauvage de référence des espèces cultivées et des espèces sylvestres de France pour proposer une régénération de biotope et de leurs biocénoses flore-faune-fonge dans les cultures et les vergers. Et de proposer une évolution des designs agricoles vers un design de forêt jardin sur la base des relations symbiotiques sauvages.

Nous développons une approche de phytosociologie appliquée dans le but
de régénérer les biotopes des potagers et des vergers traditionnels.

Pour que CULTIVER rime avec COLLABORER plutôt que DOMESTIQUER.
C'est une invitation à réconcilier l'agriculture avec la Forêt et le Sauvage.

Une pratique plus aboutie est capable de créer des biotopes augmentés sur des petites surfaces
grâce à la pratique d'associations synergiques innovantes et catalysatrices
qui désamorcent les facteurs stress pour les réactiver en ressource positive.
Cela passe par une compréhension profonde des interactions sociales des plantes entre elles et avec leurs partenaires, et surtout de leur capacité de communication et d'apprentissage.

C'est intégrer l'Intelligence Végétale au delà d'une vision mécanique ou déterministe de la biologie cellulaire, sans verser dans des considérations mystiques ou anthropomorphiques.
Les nuances sont parfois minces, d'un côté comme de l'autre.

 Notre hypothèse de culture: 
LA REGENERATION DE BIOTOPE
En encourageant la réalisation des 5 processus synergiques, 
l'accès aux ressources nutritives, la participation active des organismes dans une culture en extérieure, l'encouragement des réseaux et des mécanismes sociaux de la plante, la limitation des facteurs stress et les sensations positives chez les plantes,
nous recréons des conditions qui catalysent les conditions optimales 
d'une vie de pleine santé, d'épanouissement et de bonheur, 
pour nous, comme pour les plantes, les animaux et les micro-organismes.

En intégrant l'ensemble de ces paramètres de l'épigénétique et de la phytomycosociologie appliquées à la permaculture, la régénération de biotope sauvage en agriculture prend tout son sens.

Cette démarche a pour vocation de permettre aux 5 facteurs épi-génétiques déterminants la santé, l'autonomie, la sociabilité et la vie optimale d'un organisme de se réaliser pleinement.

Une pratique culturale optimale doit être en mesure de permettre à la plante, chez les plantes sauvages comme chez les plantes cultivées non hybrides, d'activer, réactiver ou d'inhiber des mécanismes innés et acquis. C'est reconnaître, soutenir et favoriser les processus d'apprentissage évolutif des plantes et participatifs avec les autres organismes vivants du biotope des plantes. Les plantes et les organismes peuvent ainsi apprendre à réagir au mieux aux stimulis positifs de leur environnement comme aux facteurs stress d'origines climatiques ou anthropiques, et à activer, solliciter, réguler des mécanismes d'adaptation, de réponses, de collaboration, de délégation et de régulation.

La sociabilisation des organismes faune-flore-fonge en forêt, et donc dans une forêt jardin aussi, semble organiser en permanence une distribution, redistribution et rétrocession de ces ressources en favorisant l'ensemble des organismes à court, moyen ou long terme. Chaque organisme semble présenter des processus endogènes et exogènes de croissance, de sénescence et de régénérescence.

UN DESIGN INNOVANT
Le design du biotope est construit comme un écosystème vivant, évolutif et régénératif. On cultive en relief et avec une perspective sur plusieurs dizaines d'années. La plantation intègre la complexité des réseaux d'organisation des organismes vivants dans le modèle de la forêt, de la canopée à la rhizosphère. Chaque culture intègre les spécificités locales cherchant à développer le potentiel de la faune préexistante sur son terrain pour ensuite l'élargir, et non une imposition de culture péremptoire et potentiellement inadaptée. Toutes les ressources sont gérées en circuit fermé, ou assimilées et restituées d'une manière ou d'une autre à travers des cycles régénérateurs de la matière.

La synergie des interactions est quantitativement et qualitativement plus favorable aux organismes que la somme de leurs aptitudes prises isolément. C'est la démonstration de l'effet catalyseur de la sociabilisation des organismes vivants et du rôle majeur de l'application de la Phytsociologie et de la Mycosociologie en Permaculture.

Reconnexion Homme-Nature
Une approche transversale permet à l'humain, même sédentarisé, de retrouver ce lien participatif avec le Vivant en se reconnectant avec la Nature.

La fin de la domestication du Vivant accompagnera ce changement de paradigme. Cette éthique de vie intègre la reconnaissance de tous les organismes vivants comme des êtres sensibles, intelligents et sociables, au delà de tout spécisme. L'évolution de la vision de l'Homme séparé de la Nature vers un Homme intégré à la Nature est une condition sine qua non vers cette évolution du Monde. L'Homme et la Nature se transforme alors en l'Homme est Nature. C'est dépasser des siècles de conservatisme religieux, de spécisme monarchique de Linné, du déterminisme Darwinien et d'évolutionnisme moderne. C'est innover sans pour autant renier les avancées scientifiques que ces théories ont aussi apporté mais en les désacralisant et en le contextualisant.

La culture synergique doit se faire au delà de tout conflit d'intérêt économique. La priorité est donnée à la plante et au respect des biocénoses de son environnement en toute occasion. Cela participe ainsi à favoriser la biodiversité génétique des cultures et à lutter contre l'érosion génétique. C'est une prise de conscience des limites de l'Homme sur Terre. Cette pratique inscrit les droits et aussi les devoirs de l'agriculteur-trice par rapport à la Terre et au Vivant.

Accompagner un changement de paradigme scientifique et agricole
Cela demande une mise en perspective du rôle de l'agricultueur-trice dans un système de culture. En agriculture synergique, les gestes de l'Homme sont alors des actes minimes favorisant des processus naturels autonomes, régénératifs ou de maintenance des conditions optimales pour la plante.

Cette libération du temps de travail et l'amélioration des conditions de travail dans le milieu agricole va permettre une meilleure intégration sociale des travailleurs agricoles et une revalorisation des métiers. C'est dépasser des millénaires de tradition précaire en agriculture. C'est intégrer les effets positifs du confort que le modernisme nous apporte. Et inviter des technicités scientifiques à rejoindre des technicité de terrain.

La transmission trans-générationnelle favorise d'avantage cette condition, sachant que chaque activité agricole laissera derrière elle une terre plus riche, plus productive, mieux entretenue et plus vivante qu'à son arrivée. La première génération à relancer ces processus du Vivant devant s'impliquer d'avantage, physiquement, émotionnellement et économiquement. A la vue des dégâts que les générations des 50 dernières années ont occasionnées sur Terre, nous devons bien ça aux générations futures!

C'est une révolution agricole, industrielle et civilisationnelle, qui détrône l'homme de sa toute puissance dominatrice sur une nature objectivée. La plante redevient un organisme vivant actif de sa propre vie. L'homme s'émancipe et devient un être vivant collaboratif: il réintègre une place qui lui est propre dans la biocénose animale de la plante, comme pourrait l'être un renard, un sanglier, un chevreuil, un oiseau, une limace, un mycélium, un acarien... La relation homme-plante devient alors mutualiste voir symbiotique selon le degré et la qualité de la relation qu'il entretient avec les organismes vivants. C'est un nouveau rôle à jouer et une révolution de paradigme à opérer. La Nature n'est plus l'objet de la propriété de l'Homme qu'il doit domestiquer. La Nature est l'environnement dans lequel et avec lequel il vit en harmonie.

Cette évolution sociale et scientifique ouvre une révolution des possibles dans l'organisation de l'Agriculture et du maillage territoriale. Nous proposerons prochainement des designs de régénération agricole intégrant une transversalité des métiers et des pratiques culturales et d'élevage; qui s'accompagne simultanément d'une mutation de nos pratiques agricoles et territoriales, d'une densification du maillage rural, d'une régénération du régime alimentaire d'homo sapiens, et d'un soutien de la population dans ces grandes mutations à venir.

Les transitions peuvent être douces lorsqu'elles sont source de créativité et de bien-être; lorsqu'elles accompagnent des processus régénérants, collectifs et partagés, et non la défense de monopoles d'intérêts minoritaires ségrégationnistes. C'est la différence entre une r'évolution par la transformation et une révolution par la violence.

photo internaute.
photo internaute.
photo internaute.
La forêt, l'environnement de référence

forêt substropicale au Costa Rica
les dernières forêts primaires en Europe:


Qu'est-ce qu'un biotope?

Qu'est-ce qu'un phytotype?

carte phytosociologique du cnrs http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24688/img-3.jpg
base de données botanique: Tela Botanica, Plants for a future.
base de données phytosociologiques SOPHY plantes, SOPHY Phytotype
base de données bryosociologique /Base de Données Nomenclaturale des Bryophytes d’Europe BDNBE (mousses, lycopodes et fougères): bryophytes de france.orghttp://www.andrewspink.nl/mosses/key.htm
Inventaire national du patrimoinde naturel : http://inpn.mnhn.fr/

L'observation des plantes sauvages, la collecte de semences sauvages.


La culture des semences maraîchère, botanique et fongique



Tous les jardins botaniques sont à même de fournir de semences à titre de conservation, renseignez vous.

La mycorhization


Le design, l'aménagement permacole

photo internaute
La marche à suivre: du général au détail.
Faites un tour d'horizon des ressources humaines, énergétiques, économiques, matérielles et botaniques in situ. 
Observer et identifier les potentiels, "les perles rares", les opportunités, les facteurs dominants, limitants et les facteurs risques.
Optimisez les ressources et transformer les contraintes en avantage. 
Proposer un système intégré, intégrant et efficient qui optimise ces paramètres. 
Imaginez un système économe et un habitat proche de l'autonomie en valorisant les ressources disponibles, notamment énergétiques. Trouvez des systèmes économiques et ingénieux pour les ressources manquantes.
Pensez un système intégré de toute matière organique, production, consommation, déchets.
Imaginez un design à partir du lieu et dessinez une implémentation proche du biotope d'origine, qui sculpte et met en valeur le potentiel du terrain et de la vie in situ; ça doit être facile, couler tout seul, évident, pour vous, pour vos collaborateurs comme pour les plantes.
N'imaginez pas un système à contre courant, qui transforme tout, c'est contre productif.

zoning d'activité et de maintenance
zoning de temporalité saisonnière, annuelle et générationnelle
zoning pédologique, topographique et hydrographique, 
zoning microclimatique: températures, eau, air, feu
zoning phytosociologique, phytotype
zoning mycosociologique
zoning zoochorique
cycle de l'azote
cycle de floraison
cycle de pollinisation
cycle de maturation
cycle de dissémination, zoochorie
cycle de carbone
cycle de dormance

L'implémentation sur le terrain
Notre projet expérimental en forêt commence en 2015; nous serons en mesure de montrer des photographies de notre implémentation dans quelques mois. Voici quelques illustrations sur internet de plusieurs modèles que nous allons combiner entre eux, et en intégrant notre analyse des biotopes phytosociologiques des plantes sauvages.

photo internaute
photo internaute






photo internaute
photo internaute
photo internaute
photo internaute
La gestion des ressources



photo internaute
La récolte-cueillette.



photo internaute







références:

carte de la végétation du CNRS http://cybergeo.revues.org/24688
centre régional de phytosociologie, Conservatoire botanique National de Bailleul http://www.cbnbl.org/ 
la bibliothèque botanique et phytosociologique de bailleul http://www.cbnbl.org/ressources-documentaires/La-bibliotheque-botanique-et/ http://www.cbnbl.org/ressources-documentaires/Digitale2-une-base-de-donnees
visite virtuelle du jardin conservateur de bailleul par nicolas lalau http://www.nicolaslalau.net/360/cbnbl/visite_jps/visite_virtuelle/
http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetal-phytosociologie/
http://www.ecosociosystemes.fr/phytosociologie.html
http://www.organicagcentre.ca/NewspaperArticles/na_fueling_soils_f.asp
http://www.organicagcentre.ca/NewspaperArticles/na_chantal_hamel_nb_f.asp
1ère conférence de Kyusei natural farming with effective micro organism Asie 1989 compte rendu en pdf ici: http://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PNABK540.pdf
4ème conférence de Kyusei natural farming with effective micro organism en Europe 1995: http://www.teraganix.com/4th-Conference-book-p/6004.htm
kyusei natural farming ave EM - le manuel en pdf ici http://www.apnan.org/APNAN%20Manual.pdf

Vous aimerez aussi :

Cultiver avec les Limaces et les Escargots

Les limaces sont-elles nuisibles? Du recyclage de la matière, à la cohésion du sol jusqu'au repas favori d'animaux compagnons, les gastéropodes jouent un rôle pionnier dans l'écologie des milieux, jardin potager y compris. Tous les gastéropodes ont un rôle fondamental dans l'équilibre d'un jardin.
La vie secrète des limaces mérite qu'on s'y intéresse. Les limaces existent depuis 350 millions d'années, et ont évolué des escargots terrestres, venant eux-mêmes de la mer. Leur surnom "estomac sur pied" en grec leur colle à la peau.

Les gastéropodes sont pour la vie du sol ce que les abeilles sont pour les plantes à fleurs: un chaînon vital de l'écosystème.


Pourquoi le jardinier adore les vers de terre mais boude les escargots et les limaces?

Cultiver avec les limaces peut paraître fou en agriculture... et pourtant, voici des applications incongrues pour faire des limaces, des compagnons plutôt que des nuisibles. A chaque limace son rôle!

Après…

Le biotope du Noyer - 1ère partie. Le noyer est-il si toxique?

Le Noyer, Juglans Regia, est un arbre à noix cultivé depuis plus de 1000 ans.
Le noyer est-il un arbre toxique? Le noyer est l'un des arbres cultivés les plus controversés. 
Le Noyer a aussi une bonne réputation: il indique les terres arables de bonne qualité. L'arbre est bio indicateur des terres équilibrées, riches en azote, en argile et en eau. Le complexe argilo-humique est souvent excellent.
Le noyer pousse aussi dans des conditions d'hydromorphisme et dans des sols saturés en nitrates. Il tolère même des stations anaérobies, polluées par les nitrites, les molécules chimiques et les métaux lourds.
Au Moyen Age, nombre de paysans français rechignaient à planter des noyers dans les vergers. Les seigneurs accordèrent des aides aux agriculteurs qui en plantaient pour maintenir la culture du noyer dans les campagnes.
C'est un arbre à la mauvaise réputation dans les vergers à cause de sa composition en juglone, un composé chimique qui inhibe la germination et la respirat…

Plantes bio indicatrices

la version actuellemnet en ligne date de 2013 actu 2018: j'aimerais actualiser complètement cet article...
L'observation de la végétation fournit de nombreuses indications sur le sol, sa qualité, sa structure, sa composition, son PH et sur la disponibilité des nutriments. Et donc sur les possibilités de culture, de construction, les démarches à effectuer pour équilibrer les sols ou les enrichir si nécessaire. Il est toujours préférable de choisir les plantes adaptées au terrain et non l'inverse.
En agriculture conventionnelle, le sol est vécu comme un simple réceptacle. En agriculture naturelle, le sol est vivant et on travaille avec la nature dans le but de favoriser l'activité microbienne du sol. L'excès de fertilisants et d'azote, sans parler des amendements de synthèse, favorisent les bactéries pathogènes qui tuent les bactéries dites "efficaces" du sol et créent une concurence effrénee dans le sol qui se vide de vie après 2 ou 3 ans seulement. P…

Cultiver avec les Ronces.

Les Mures sont les fruits des Ronces - rubus fruticosus. Ce sont les baies sauvages les plus connues et les plus appréciées avec les framboises (rubus idaeus) et les myrtilles (vacinium - éricacées).
Selon qu’on affectionne leurs fruits ou que l’on redoute leurs piquants, leur caractère envahissant nous pose problème.

Luttez contre les ronces ? Les brûler ? les arracher ? les tailler ? Vous ne ferez qu’accentuer « le phénomène » et dynamiser leur croissance. Les ronces sont armées pour résister aux assauts du jardinier. Alors comment apprivoiser notre comportement pour apprendre à cultiver avec les ronces?

Une plante fruitière comestible, pionnière, mellifère, hyper productive et qui se gère toute seule : tous les atouts sont réunis pour être une favorite de nos cultures. Les ronces renferment même une substance particulière qui pourrait bien vous intéresser pour vos semis et vos bouturages: une hormone de croissance. Que d’avantages à découvrir pour cette plante pionnière extra+ordi…

Semis, Bouturage et Marcottage et autres techniques de multiplication végétative.

Bouturage, marcottage et pollinisation croisée. 
Bouturer les plantes mères est une manière efficace et rapide de multiplier les plantes, vignes, arbres et arbustes, mais pas que.
Cette technique permet de garder la génétique d'une plante choisie, ses propriétés, son goût, sa maturité, ses résistances naturelles. C'est possible d'opérer à partir des jeunes rameaux de bois vert de moins d'un an au printemps, avant le débourrage des bourgeons, juste à la sortie de l'hiver ou à la fin de l'été-début de l'automne. Cela fonctionne également avec les rejets, un rhizome, une racine, voir d'une feuille selon le pouvoir régénérant de la plante. Les plantes aquatiques, les lianes, vignes, les cannes et les fabacées sont parmi les plus prolifiques; c'est pour cela qu'elles sont souvent envahissantes.

Plusieurs techniques: bouturage simple (plantes feuilles, tomates) bouturages en aquaponie (menthe, basilic, carotte, betterave, patate douce, papyrus, avocat…

Fruits d'hiver rustiques - Cultiver sous la neige 1/2

Cultiver sous la neige? Mais quelle idée!

Des saveurs exotiques sous la neige? Et oui, il existe des goûts sucrés de mangue, de banane, de
goyave, de datte, d'agrume et des saveurs rosés, musqués, épicés dans les variétés nordiques. Ce sont des espèces peu connues, oubliées et même sauvages qui ont été passées sous silence... Ces variétés ont des qualités gustatives et nutritionnelles hors du commun, jusqu'à 30 fois la teneur en vitamines C d'une orange par exemple. Merci la biodiversité! Serez-vous assez curieux pour les re-découvrir?

Au XVII ème siècle, la bourgeoisie se porte plus ouvertement vers les variétés exotiques ramenées des colonies comme symbole de leur richesse. Dans le même temps, l'exode rurale conduit nombre de paysans à quitter leurs campagnes pour devenir ouvriers en ville, censurant par là même leur culture paysanne et leur connaissance des plantes sauvages et des légumes traditionnels. Les traumatismes des guerres mondiales stigmatisent profondément…

Le biotope du pommier

Le pommier communmalus communis partage le
même biotope que son homologue forestier, le pommier sylvestremalus sylvestris dont certaines espèces cultivées sont issues.
Le pommier vit en moyenne 70 ans et peut atteindre les 100 ans localement. Il fructifie bien jusqu'à 30 ans.
La chênaie-hêtraie claire correspond à son environnement forestier, et plus spécifiquement leur situation en haie fruitière, en fruticée ou dans une clairière.

Les espèces de malus, prunus et de pirus partagent le même biotope. Pommier sauvage, pommier commun, poirier sauvage et poirier commun affectionnent les mêmes plantes compagnes. Ainsi que le cognassier, Cydonia oblonga, que l'on surnomme la pomme de Cydonie ou la poire de Cydonie. Le néflier d'Europe partage aussi une écologique similaire.


















erratum 4:39 germandrée mélampyre des prés


+ la vidéo des résultats de la régénération d'un pommier cultivé est tournée, montage en cours.


Micro-organismes EM et bokashi

Ah! L'Automne! Les températures redescendent en dessous de 20°C, les soirées se rafraîchissent et nous faisons les premiers feux de bois. Dès le premier coup de vent, la forêt se pâme de son manteau de feuilles mortes. Et avec elles, les premières effluves des fruits qui fermentent sur le sol. La vie microbienne bat son plein!

C'est le moment opportun pour faire son bokashi d'automne qui va nous servir à renforcer les forces immunitaires et anti-oxydantes du sol pour l'hiver et aider l'arbre et les plantes à lutter contre le stress du froid, des blessures, du gel et de l'excès ou du manque d'eau.

Les Ruches en apiculture naturelle et sauvage - découverte sur les abeilles, les fourmis et les champignons.

L'apiculture naturelle s'inspire de l'essaim sauvage et de la vie des abeilles dans la nature. La ruche populaire à rayons fixes se rapproche du tronc d'arbre. La récolte du miel ne nécessite ni cadre, ni cire, ni enfumoir  ni habits, ni centrifugeuse, quasiment aucune manipulation; l'apiculture dans son plus simple appareil. L'abeille est libre de construire sa colonie et son architecture comme bon lui semble.


La symbiose des lichens.

Les lichens sont des organismes complexes, aux formes et aux couleurs extraordinaires. Ils existent depuis des millions d'années. Ce sont les premiers êtres vivants qui ont colonisé la croûte terrestre. Ils sont pourtant méconnus. Qu'est-ce qu'un lichen?

En réalité, ce n'est pas "UN" organisme, mais DES organismes, vivant en symbiose. Ils forment un
corps symbiotique de plusieurs symbiotes d'un champignon, d'une algue et de cyanobactéries. Le plus souvent, les lichens sont des organismes constitués de deux partenaires.

Le partenaire fongique, le champignon, représente plus de 90 % de sa biomasse. Le partenaire chlorophyllien, le végétal, le complète. Le plus souvent, il s'agit d'un champignon ascomycète (15000 espèces); on les appelle des ascolichens. Le champignon peut également être un basidiomycète (200 espèces) ou un deuteromycète (50 espèces). Le partenaire fongique s'associe à une algue unicellulaire ou filamenteuse.

Ils forment ens…