Accéder au contenu principal

Des nouvelles de Permaforêt

Bonjour à toutes et à tous,



Les plantations


Le Printemps s'annonce, les bourgeons de prunelliers, d'aubépines et de poiriers sont déjà gonflés. Heureusement, un refroidissement mi février a calmé le jeu. Le Printemps s'annonce comme un printemps, très propice aux floraisons de prunelliers, merisiers, pommiers, aubépines etc... Pour la fructification, cela dépendra du gel tardif ou pas.

Cet hiver, nous avons planté une 70 aine d'arbres fruitiers dans les écosystèmes d'accueil : des pêchers, nectarines, brugnons, amandiers, poiriers, nashis, cerisiers, néfliers... qui viennent compléter les 300 arbres de l'année dernière et ceux de la forêt... bref, on ne les compte plus, on les plante. La majorité des arbres de variétés domestiques replantés en forêt depuis 3 ans se sont bien implantés. Certains ont gelés, les francs reprennent alors du porte greffe. Le plus dommageable est sans conteste la sécheresse d'août et le gel de mai. Le choix du porte greffe sur franc est indispensable, les autres meurent évidemment. Disons que les pertes sont de l'ordre de 5 %. Je ne suis toujours pas réconcilier avec la greffe... qui n'a que des inconvénients en forêt jardin; la greffe sur jeunes sauvageons à la rigueur... le marcottage, le repiquage ou le semis ok;  et surtout : la levée de dormance spontanée est bien plus pertinente.

Les aménagements des petites retenues d'humus en branchages porte leur fruit. Wahou, je suis étonnamment surprise de la qualité du sol en seulement 2 ans!! Il y a de l'argile, de la capillarité et le sol c'est du beurre jusqu'en profondeur. Cet hiver j'ai planté les arbres fruitiers comme des petits pains. 

L'itinéraire d'aménagement-plantation dans les biotopes forestiers s'affine, ainsi que la distribution d'eau par les haies de branches/mousses/humus/lichens/champi... Je le partagerai en détail au mois de Mai dans l'Atelier Régénération du Sol.


Dans les indicateurs de biodiversité depuis quelques mois se dessine une attraction forte dans l'écosystème des merisiers et des prunelliers... et des rosacées en général. Certains oiseaux cet hiver étaient présents, comme le Bouvreuil pivoine, et sont intimement liés aux merisiers, ainsi qu'aux résineux. Les mésanges sont encore plus présentes que d'habitude et d'une diversité remarquable cette année (pommier ?). La question est quelle indication ? réponse cet été... vu qu'on a pas eu de fructification de merisiers depuis plusieurs années... on peut espérer qu'elle soit remarquable cette année.

On peut déjà annoncer qu'il n'y aura pas de noisettes cette année car le temps n'a pas permis la pollinisation. Les pluies et les froids ont collé le pollen sur les chatons, qui ont pour certains presque moisis sur place avant de libérer le pollen. D'habitude des nuages de pollen s'étalent en foret et jusque sur les par brise des voitures, rien de tout cela cette année (et c'est bien rare). Il est fort possible que l'on récolte une belle année à noix, si une vague de gel de mai de crame pas les bourgeons. Ils auront bénéficié des deux dernières années pour se gorger d'eau et de minéraux, économisant deux fructifications. Pour les Châtaignes, cela dépendra de cet été; et pour l'instant tout est ok. L'année dernière ayant était optimale, de mémoire des locaux, alors nous devrions avoir une récolte normale, tous les ans, il y a des châtaignes.

La balance entre noisetiers, noyers et châtaignes s'affine.

Les groseilliers maquereaux paracultivés et multipliés l'année dernière bourgeonnes. je les croyais morts, ils ont juste pris leur temps. Cet hiver, j'ai aussi multiplié des framboisiers, découverts près d'une zone humide sous un noisetier.

Pour les légumes sauvages, fraisiers, mauve, mâche, ail des vignes, laitues vireuses, lampsane, benoite urbaine, cerfeuil, céleri, jeunes pousses de houblon. les safrans que l'on a planté y'a deux ans font des tiges immenses (plus de 30 à 40 cm! ) je sais pas dans les cultures mais c'est surprenant.

les ficaires très précoces, j'ai pas eu le temps de récolter les jeunes pousses blanches sous les feuilles. Cette année je m'atèle à récolter les asperges de houblon. 

les ronces au rendez-vous, comme d'habitude, l'année dernière a été très bonne.

Les corridors et les aménagements

On aménage de nouvelles zones dans les éboulis rocheux. On continue les ouvertures des corridors post-décomposition des prunelliers, en lieu et place du passage des bisons et des grands mammifères qu'homo sapiens a cru bon chasser de l'écosystème qu'il habite/visite (sic). 

On se rend compte encore plus finement de la polyvalence et complexité des interactions. Ces chemins et corridors sont limités aujourd'hui aux petits mammifères. Les grands mammifères n'existent plus ou ne passent plus pour continuer l'agrandissement des trous. Quand bien même nous les activons aujourd'hui, le bénéfice écologique est limité. Il permet bien l'aération, la circulation et l'humidification de la forêt, mais n'apporte ni d'autres graines des plaines humides par exemple, d'autres plateaux, des massifs de la région, ne fertilise pas comme un troupeau pourrait le faire, et ne tasse pas le sol... bref, la levée de dormance des chemins et corridors, le renouvellement de la biodiversité, le brassage génétique, la circulation des espèces entre plaines et montagnes, et la fertilisation du sol sont faibles comparativement à ce qui se produit naturellement. 

Ces contraintes embrassent une politique écologique, agricole et rurbaine au delà d'un coin de forêt, aujourd'hui bien trop petit et isolé ; cela englobe les massifs du Morvan, le continent eurasiatique (pour les grandes migrations de troupeaux comme les Bisons), le lien avec l'Afrique du nord et la Sibérie (pour les oiseaux notamment), la chaîne alimentaire des Loups, Lynx, Lions, Ours.... et bien d'autres.

On assiste à une redistribution de la Forêt, qui dans un court terme ressemble à un appauvrissement. Sur le temps long, l'ensemble de la planète est entrain de redistribuer ces courant s de migrations des éléments et des organismes, et il convient d'ouvrir large ses perceptions qui dépassent notre temps de vie. Ce sont donc les prochaines générations qui seront à même apprécier avec le recul l'adaptation de la forêt. Je discute avec la Forêt pour essayer de sentir comment Elle vit ça, et s'y adapte.

Dans les autres événements, la Forêt a vécu de nombreuses chutes d'arbres cet hiver avec les tempêtes, notamment dans la frênaie ormaie, qui va donc évoluer dans sa diversité floristique. 
Dans le Massif, les premiers arbres centenaires commencent a terminer leur sénescence et à tomber. C'est un événement pour la Forêt spontanée qui voit ses premières clairières forestières se former petit à petit. Un stade écologique qui prend entre 300 à 500 ans minimum. La forêt d'Uchon va donc bientôt entrer dans des successions écologiques intra-forestières, celles des clairières forestières. Il faudra encore des siècles voir un millénaire pour que cette dynamique écologique se diversifie. 

La Chênaie commence par endroit à évoluer vers son dernier stade floristique : la hêtraie sapiniaire.
On trouve majoritairement la frênaie-merisaie, la chênaie-charmaie, la châtaigneraie, l'érablière à sureaux, la chênaie hêtraie.

L'eau

Cet hiver pluvieux a permis de régénérer l'essentiel des sources et nous identifions aussi des sources qui auraient besoin d'être réactivées. L'intuition et l'observations des arbres bio-indicateurs d'eau, leur proximité, leur profondeur et leur permanence sont une panacée : frêne, sureau, saule, aulne glutineux; chaque essence nous indique des informations différentes.

Les Champi

Les expérimentions sur l'écologie des pleurotes en huître et du maïtake avancent bien. Pour les pleurotes j'en suis à la dernière phase expérimentation en paraculture, j'aimerais faire un module de champignons en hiver en 2018, si la grange est isolée et chauffée.


Les Ruches

Le saule creux à l'entrée de la marre a accueilli différents oiseau et un nid de frelons européens cette année. Il est fort probable qu'il soit un nid d'accueil pour les abeilles cette année. croisons les doigts. cela me permettrait de lier les dernières phases des ruches sauvages, dans le choix et la prospection et surtout dans les successions écologiques des animaux cavernicoles.

Ensuite, la chute du tronc dans quelques temps/années, je ferais un moulage de la cavité pour comprendre les derniers éléments, tous plus passionnants les uns que les autres, et faire un prototype de ruche tronc moulée.

Pour l'instant d'autres ruches troncs, dont une nouvelle ruche tronc kenyanne sont à disposition des abeilles. Un enduit de propolis sera appliqué à l'intérieur cette année pour les informer, puis elles se débrouilleront pour choisir ou pas.

Plus j'étudie l'écologie du tronc creux, plus je comprends la nécessité d'une ruche de 3 à 5 m de haut à 3 loges (une cave à terreau, une loge à essaim, un grenier à frelons). La ruche miniature de moins d'1 m me semble vraiment transitoire...

j'expérimente une dernière ruche, inspirée des pirogues néolithiques, au bois creusé par le feu et l'herminette.

Vraiment, mon coeur va avec celui des abeilles et des troncs creux dans les vieux arbres centenaires sénescents.

Cette phase de transition va permettre d'accueillir des essaims à Permaforêt, le temps que les clairières forestières se forment et que les arbres creux se retrouvent exposés. Le premier candidat est le châtaignier aux pleurotes, à la clairière de la barrière rocheuse.


Les données

Et puis, il y a cette perte de données, 5 ans de photos et de vidéos, des débuts en Côte d'Or et des premières années à Uchon. Vous savez, cette obsolescence programmée qui vous tombe dessus sans s'annoncer, quand vous avez quasi fini de monter un an de vidéo ;-). Voilà, c'est ça ... Sur le coup, bien sûr, c'est difficile. Maintenant ça va, j'accueille ça comme une invitation au renouveau. Et c'est bien aussi puisque un peu noyée dans les centaines de prises de vue.... Pour les photos, quelques sauvegardes en ligne permettent de sauver les meubles avec des photos partagées sur le blog et la page facebook.

Pour les vidéos, je recommence avec une petite idée des prises de vue. L'idée est de présenter une année de saisons dans la forêt jardin. Alors je recommence... patiemment.

Une petite vidéo de présentation serait sympa au printemps. 

Les Nouveautés :



Cette année :

  • portes et fenêtres de l'Atelier dans la grange
  • isolation et chauffage du dortoir pour 2019 (fin d'année 2018-2019)
  • recherche archéologique sur l'occupation des celtes, et les anciennes photos du siècle dernier sur l'occupation forestière de Cassard.
  • réactivation de certains réseaux de sources



+ 1 100 000 de pages vues sur le blog Permaforêt! Wahou..

Vous aimerez aussi :

Cultiver avec les Limaces et les Escargots

Les limaces sont-elles nuisibles? Du recyclage de la matière, à la cohésion du sol jusqu'au repas favori d'animaux compagnons, les gastéropodes jouent un rôle pionnier dans l'écologie des milieux, jardin potager y compris. Tous les gastéropodes ont un rôle fondamental dans l'équilibre d'un jardin.
La vie secrète des limaces mérite qu'on s'y intéresse. Les limaces existent depuis 350 millions d'années, et ont évolué des escargots terrestres, venant eux-mêmes de la mer. Leur surnom "estomac sur pied" en grec leur colle à la peau.

Les gastéropodes sont pour la vie du sol ce que les abeilles sont pour les plantes à fleurs: un chaînon vital de l'écosystème.


Pourquoi le jardinier adore les vers de terre mais boude les escargots et les limaces?

Cultiver avec les limaces peut paraître fou en agriculture... et pourtant, voici des applications incongrues pour faire des limaces, des compagnons plutôt que des nuisibles. A chaque limace son rôle!

Après…

Les Ruches en apiculture naturelle et sauvage - découverte sur les abeilles, les fourmis et les champignons.

L'apiculture naturelle s'inspire de l'essaim sauvage et de la vie des abeilles dans la nature. La ruche populaire à rayons fixes se rapproche du tronc d'arbre. La récolte du miel ne nécessite ni cadre, ni cire, ni enfumoir  ni habits, ni centrifugeuse, quasiment aucune manipulation; l'apiculture dans son plus simple appareil. L'abeille est libre de construire sa colonie et son architecture comme bon lui semble.


Plantes bio indicatrices

la version actuellemnet en ligne date de 2013 actu 2018: j'aimerais actualiser complètement cet article...
L'observation de la végétation fournit de nombreuses indications sur le sol, sa qualité, sa structure, sa composition, son PH et sur la disponibilité des nutriments. Et donc sur les possibilités de culture, de construction, les démarches à effectuer pour équilibrer les sols ou les enrichir si nécessaire. Il est toujours préférable de choisir les plantes adaptées au terrain et non l'inverse.
En agriculture conventionnelle, le sol est vécu comme un simple réceptacle. En agriculture naturelle, le sol est vivant et on travaille avec la nature dans le but de favoriser l'activité microbienne du sol. L'excès de fertilisants et d'azote, sans parler des amendements de synthèse, favorisent les bactéries pathogènes qui tuent les bactéries dites "efficaces" du sol et créent une concurence effrénee dans le sol qui se vide de vie après 2 ou 3 ans seulement. P…

Le biotope du Noyer - 1ère partie. Le noyer est-il si toxique?

Le Noyer, Juglans Regia, est un arbre à noix cultivé depuis plus de 1000 ans.

Le noyer est-il un arbre toxique? Le noyer est l'un des arbres cultivés les plus controversés. 

C'est un arbre à la mauvaise réputation dans les vergers à cause de sa composition en juglone, un composé chimique qui inhibe la germination et la respiration de nombreuses plantes.

Le Noyer a aussi une bonne réputation: il indique les terres arables de bonne qualité. L'arbre est bio indicateur des terres équilibrées, riches en azote, en argile et en eau. Le complexe argilo-humique est souvent excellent.

Le noyer pousse aussi dans des conditions d'hydromorphisme et dans des sols saturés en nitrates. Il tolère même des stations anaérobies, polluées par les nitrites, les molécules chimiques et les métaux lourds.

Au Moyen Age, nombre de paysans français rechignaient à planter des noyers dans les vergers. Les seigneurs accordèrent des aides aux agriculteurs qui en plantaient pour maintenir la culture du…

Ruche tronc, de l'écologie de l'arbre à la ruche.

LES TRONCS-RUCHE : L'ARBRE AUX ABEILLES Résumé : ************************************************














De la ruche de biodiversité à la Paraculture de miel sauvage.


En permaculture, le biotope des abeilles est propice à :





La symbiose des lichens.

Les lichens sont des organismes complexes, aux formes et aux couleurs extraordinaires. Ils existent depuis des millions d'années. Ce sont les premiers êtres vivants qui ont colonisé la croûte terrestre. Ils sont pourtant méconnus. Qu'est-ce qu'un lichen?

En réalité, ce n'est pas "UN" organisme, mais DES organismes, vivant en symbiose. Ils forment un
corps symbiotique de plusieurs symbiotes d'un champignon, d'une algue et de cyanobactéries. Le plus souvent, les lichens sont des organismes constitués de deux partenaires.

Le partenaire fongique, le champignon, représente plus de 90 % de sa biomasse. Le partenaire chlorophyllien, le végétal, le complète. Le plus souvent, il s'agit d'un champignon ascomycète (15000 espèces); on les appelle des ascolichens. Le champignon peut également être un basidiomycète (200 espèces) ou un deuteromycète (50 espèces). Le partenaire fongique s'associe à une algue unicellulaire ou filamenteuse.

Ils forment ens…

Cultiver avec les Ronces.

Les Mures sont les fruits des Ronces - rubus fruticosus. Ce sont les baies sauvages les plus connues et les plus appréciées avec les framboises (rubus idaeus) et les myrtilles (vacinium - éricacées).
Selon qu’on affectionne leurs fruits ou que l’on redoute leurs piquants, leur caractère envahissant nous pose problème.

Luttez contre les ronces ? Les brûler ? les arracher ? les tailler ? Vous ne ferez qu’accentuer « le phénomène » et dynamiser leur croissance. Les ronces sont armées pour résister aux assauts du jardinier. Alors comment apprivoiser notre comportement pour apprendre à cultiver avec les ronces?

Une plante fruitière comestible, pionnière, mellifère, hyper productive et qui se gère toute seule : tous les atouts sont réunis pour être une favorite de nos cultures. Les ronces renferment même une substance particulière qui pourrait bien vous intéresser pour vos semis et vos bouturages: une hormone de croissance. Que d’avantages à découvrir pour cette plante pionnière extra+ordi…

Semis, Bouturage et Marcottage et autres techniques de multiplication végétative.

Bouturage, marcottage et pollinisation croisée. 
Bouturer les plantes mères est une manière efficace et rapide de multiplier les plantes, vignes, arbres et arbustes, mais pas que.
Cette technique permet de garder la génétique d'une plante choisie, ses propriétés, son goût, sa maturité, ses résistances naturelles. C'est possible d'opérer à partir des jeunes rameaux de bois vert de moins d'un an au printemps, avant le débourrage des bourgeons, juste à la sortie de l'hiver ou à la fin de l'été-début de l'automne. Cela fonctionne également avec les rejets, un rhizome, une racine, voir d'une feuille selon le pouvoir régénérant de la plante. Les plantes aquatiques, les lianes, vignes, les cannes et les fabacées sont parmi les plus prolifiques; c'est pour cela qu'elles sont souvent envahissantes.

Plusieurs techniques: bouturage simple (plantes feuilles, tomates) bouturages en aquaponie (menthe, basilic, carotte, betterave, patate douce, papyrus, avocat…

Fruits d'hiver rustiques - Cultiver sous la neige 1/2

Cultiver sous la neige? Mais quelle idée!

Des saveurs exotiques sous la neige? Et oui, il existe des goûts sucrés de mangue, de banane, de
goyave, de datte, d'agrume et des saveurs rosés, musqués, épicés dans les variétés nordiques. Ce sont des espèces peu connues, oubliées et même sauvages qui ont été passées sous silence... Ces variétés ont des qualités gustatives et nutritionnelles hors du commun, jusqu'à 30 fois la teneur en vitamines C d'une orange par exemple. Merci la biodiversité! Serez-vous assez curieux pour les re-découvrir?

Au XVII ème siècle, la bourgeoisie se porte plus ouvertement vers les variétés exotiques ramenées des colonies comme symbole de leur richesse. Dans le même temps, l'exode rurale conduit nombre de paysans à quitter leurs campagnes pour devenir ouvriers en ville, censurant par là même leur culture paysanne et leur connaissance des plantes sauvages et des légumes traditionnels. Les traumatismes des guerres mondiales stigmatisent profondément…

Les fougères, des plantes primitives

Les fougères appartiennent à la famille des Ptéridophytes - pteros "aile" phytos végétal.

La grande majorité des fougères et leurs cousines se plaisent dans les milieux humides et ombragées. Il existe des fougères dans les pays froids comme dans les pays chauds. Les plus beaux rassemblements de fougères poussent dans les forêts tropicales humides.

Quelques espèces supportent des stations ensoleillées et sèches comme la fougère aigle qui se plait sur sol siliceux et soumis aux UVvs, ou les fougères des murailles qui se plaisent entre les rochers ou dans les interstices des murs.

Les fougères sont des espèces sensibles, elles évitent les milieux anthropisés, urbanisées ou les terres cultivées. La diminution des espaces naturels comme les forêts sauvages, les zones humides et la pollution des eaux, accélèrent leur disparition et leur raréfaction.