Accéder au contenu principal

Le biotope des tomates


Les potagers sont à l'image de notre histoire et de nos échanges : de la route de la soie et des épices, jusqu’au colonialisme. En fait, nos espèces cultivées sont majoritairement exotiques. Dans nos potagers et nos cultures maraîchères, nombre de variétés sont originaires de la Méditerranée, du Maghreb, des oasis d'Afrique, d'Amérique du sud voir du continent Indien. La Méditerranée est une région de culture privilégiée pour ces variétés de fruits et de légumes. Certaines de ces espèces s'acclimatent et se naturalisent en France. La tomate en fait partie.

Comment cultiver des tomates ailleurs en recréant des microclimats adaptés ?

Partons à la découverte des biotopes rudéraux des solanacées en France et des associations de plantes compagnes des tomates.


ACTU juin 2017 : ARTICLE EN COURS D'ACTUALISATION  Bientôt de nouvelles infos et expérimentations avec les tomates en agroforesterie et semis par voie digestive. 



ETUDE DE CAS de LA TOMATE



LE BIOTOPE DE LA TOMATE

Le biotope de la tomate semble être rudérale, nitrophile, humide, thermophile et drainant.
  • zone rudérales
  • décharge verte
  • berges nitrophiles
Les zones rudérales en général peuvent accueillir des tomates ; on les trouve souvent dans les décharges vertes, les remblais, les décombres, les bords des chemins, les zones agricoles en friche.

Les tomates se rencontrent aussi le long des fleuves, des étangs, près des embouchures, des fermes, des zones de piques nique, des jardins sur les berges...

Partout où l'on retrouve un microclimat anthropisé rassemblant ces caractéristiques, la tomate est susceptible d'y pousser. Leurs points communs : des sols perturbés, érodés, rocheux, siliceux, riches en azote voir pollués, avec une forte exposition au soleil, ou humide.








PHYTOSOCIOLOGIE

LES PLANTES COMPAGNES DE LA TOMATE




phytotype de la tomate, solanum lycopersicum.
ARBUSTES: douce amère, osier pourpre.
HERBACÉES: chénopode blanc, arroche hastée, amarante réfléchie, renouée poivre d'eau, ortie, chénopode polysperme, grand plantain, salicaire commune, vergerette commune, armoise commune, armoise citronnelle, bident tripartite, laiteron piquant, chénopode à feuille d'obier, roquette jaune, chénopode des murs, pourpier maraîcher, morelle noire, renouée à feuille d'oseille, séneçon commun, plantain lancéolé, pissenlit, arroche de Tartarie, pyrêtre rose, barbarée commune, stellaire aquatique, mauve sylvestre, renouée persicaire
GRAMINÉES: orge des rats, agrostis géante, sétaire.
COUVRE SOL: renouée des oiseaux, pourpier maraîcher, stellaire aquatique, renouée persicaire, 
NFP: -


Les plantes écologiquement similaires à la tomate.

vélar fausse giroflée, chénopode polysperme, panic pied de coq, rorippe d'Islande, stellaire aquatique, digitaire sanguine, ambroise à feuille d'armoise,

La tomate solanum lycopersicum pousse dans un forte densité de chénopodiacées - dont les amarantacées, d'astéracées et de polygonacées: 45% des plantes compagnes discriminantes de ce milieu appartiennent à ces trois familles. Et aussi d'autres solanacées (8,5%). D'autres familles de plantes compagnes sont les brassicacées et les plantagonacées à 7% respectivement; les urticacées, les lythracées, les protulacées, les malvacées et les salicacées à 3%.

Les tomates s'associent fidèlement au chénopode blanc à 53% et à la renouée des oiseaux à 50%.

Les tomates occupent 10% à 25% de l'espace (abondance-dominance 1-3).

Les espèces principales du biotope sont largement représentées par les Polygonacées et les Chénopodiacées, avec une présence supérieure à 10% minimum pour chaque espèce (abondance 2-6).
(*seuil d'abondance dominance 1=>10%, 2=<10%, 3=<25%, 4=<50%,5=<75%,6=100%).

Les espèces d'herbacées qui poussent avec les tomates sont bio indicatrices d'un sol cultivé argilo-sableux, riche en azote bio disponible. Cet azote s'accumule dans l'environnement grâce aux résidus provenant de l'activité humaine, urbaine et agricole, et aussi par l'accumulation de matière organique riche en azote. Les orties, les pissenlits, les chénopodes, les brassicacées, les amarantes sont des plantes bio accumulatrices d'azote dans leur feuillage.

La majorité de ces plantes sont riches en calcium, en potassium, en magnésium, en sodium, en fer, en provitamine A, en vitamines B2, PP et C. Les astéracées comme l'aunée et le tournesol concentre le cuivre ce qui permet de réagir avec les pollutions d'anions aluminium responsables de putréfaction due à l'hydromorphisme et/ou au compactage des sols.
Pour plus d'infos, voir l'article sur "L'électropermaculture: cultiver avec les ions".

Ces sols, lorsqu'ils sont compactés, ont souvent des carences en calcium et en potassium, qui sont bloqués dans le sol; les végétaux aident donc à extraire ces minéraux et à les faire circuler en créant un mulch en surface : ils réactivent l'humus.

Les brassicacées contiennent en plus une huile essentielle soufrée qui est antiseptique et stimulante. Ils sont riches en thiamine qui aide à assimiler les protéines végétales pour les transformer en sucres assimilables.

Les renouées sont particulièrement riches en acide oxalique.

Le saule est riche en acide salicylique et en acide jasmonique, capable d'activer des enzymes protéinées de défense contre les virus, les pathogènes et les autres agressions.

Ce biotope comptent des plantes aux propriétés analgésiques : grand plantain, ortie, renouée des oiseaux, les renouées sp., plantain lancéolé, mauve sylvestre, saule rouge, qui aident à supporter, calmer et soigner les brûlures des uvs.

Pour plus d'infos à ce sujet, consultez notre article sur "Les stratégies immunitaires des plantes". D'autres plantes sont stimulantes comme l'ortie et la salicaire.

Remarque : Il y a seulement 32 référencements de tomates en  France dans la banque de données SOPHY. Ceci s'explique principalement par le fait que la tomate est une espèce indigène, qui se reproduit spontanément là où elle a déjà été cultivée, dans les potagers, les déchetteries de déchets verts, les remblais. Il est donc important de souligner qu'on dispose de peu de données pour établir un diagnostic fiable, mais qu'on dispose plutôt d'informations.





observation de terrain

dans une décharge verte




 


PERMACULTURE

Compagnonnage phytosociologique de la tomate



Les milieux dans lesquels poussent le chénopode blanc, l'amarante réfléchie, le renouée des oiseaux, l'arroche hastée, le renouée persicaire, la renouée poivre d'eau, la galinsoga, le plantain, la vergerette du Canada, l'armoise, le pourpier et la morelle noire sont susceptibles de réunir des conditions favorables aux tomates.

En combinant les plantes compagnes écologiquement similaire de la tomate, on peut élargir la diversité des espèces cultivées ou acclimater une variété de tomate dans une région.

  • l'amarante réfléchie en zone calcaire
  • le chénopode blanc en zone calcaire et nitrophile
  • la morelle noire
  • la douce amère en zone humide









ARBRES: tremble, peuplier.
ARBUSTES: saule pourpre,
HERBACEES: grande ortie, petite ortie, chénopodes sp., arroches sp., amarantes sp., galinsogas sp., bident tripartite, vélar fausse giroffle, roquette jaune, ravenelle, bourse à pasteur, barbarée commune, renouées sp., cresson d'islande, asperge, fumeterre, vergerette du Canada, matricaire inodore, salicaire commune, armoises sp., ambroise, pissenlits sp., sonchus sp., laiterons sp., séneçon sp., liserons sp., pyrêtre rose, mercuriale, euphorbe réveil-matin, mauves sp., pensées sauvages, stellaires sp., petite linaire, digitaire filiforme, véronique commune, xanthium orientale,
GRAMINEES: orge des rats, panic pied de coq, sétaires sp., digitaire sanguine, agrostis géante, pâturin, folle avoine.
COUVRE SOL: renouée des oiseaux, pourpier maraîcher, amarante couchée, corrigiole des grèves, plantain lancéolé, grand plantain, veronique commune, mourron rouge, liserons sp., petit linaire, digitaire filiforme,
NFP: -




Pour les fixateurs d'azote par exemple, vous pouvez intégrer des arbustes fixateur d'azote des zones rudérales comme l'argousier, le mimosa, le robinier faux acacia, l'olivier, les genêts, les eleagnus... ou encore par une herbacée fixatrice d'azote, le mélilot officinal, la luzerne cultivée, la gesse, les vesses, les pois ou les haricots, selon la qualité de votre terrain. Il existe une variété de gesse tubéreuse comestible.

Cette démarche de phytosociologie appliquée s'inscrit dans la continuité et le respect des stratégies d'évolution des plantes. Elle est en phase avec le principe fondateur de la permaculture qui est: "Travaille AVEC la Nature, et non contre Elle". 


Application en permaculture urbaine



Voici la butte rocheuse rudérale dans le jardin urbain. Elle a été constituée avec les excédents de terre sous la dalle béton d'origine et les remblais de construction de la maison après les travaux.

Ce jardin urbain est au nord, il est clos et exposé sud, mais le soleil en hiver ne passe pas au dessus du fétage, c'est donc une zone ombragée et humide, mais héliophile en été, surtout l'après-midi et le soir. Pour favoriser la lumière nous avons peint les murs en blanc cassé; les longueurs d'ondes courtes stimulent la fructification et la maturation des fruits, bien plus que la chaleur.

On a aménagé la butte avec des pierres de bourgogne pour accumuler la chaleur au niveau du sol. Les pierres proviennent des ouvertures dans les murs de la maison. Le muret est monté comme des tas de pierres sèches, sans mortier, pour aider le drainage et l'aération, et permettre aux animaux auxiliaires de venir y nicher, comme les lézards, les musaraignes, les araignées, les escargots, les limaces.

Toutes les graines proviennent de récoltes précédentes et de cueillette sauvage. Nous avons laissé pousser les plantes spontanées.


  • les plantes rudérales spontanées:

Les travaux et la constitution de la butte ont levé la dormance des plantes rudérales comme: l'arroche hastée, la moutarde sauvage, le pourpier maraîcher, la stellaire étoilée, aussi doux que de la mâche et pousse toute l'année, excellent comestible cru ou cuit, doux, gras, très riche en protéines et en acide oxalique qui lui donne son goût citronné, le laiteron maraîcher, excellent légume feuille cru ou cuit, la galinsoga, cru ou cuite, une des plantes les plus riches en calcium (410mg/100g) et en fer (14mg/100g) et d'autres vitamines, le pissenlit, excellent comestible dépuratif au printemps et très prisé par mes chiens, la lampsane, la laitue sauvage, la laitue des murailles, la picridie, le liondent d'automne, comestible, la piloselle, plante compagne, le séneçon commun, plante compagne essentielle, mais non comestible (très toxique), la morelle noire, une autre solanacée toxique (seules les baies noires bien mûres sont comestibles cuits, en petite quantité), le mouron rouge (toxique). Ces espèces toxiques ont des propriétés sudorifiques ou analgésiques mais cathartiques chez les mammifères.


  • les plantes rudérales rapportées:

J'ai complété ce florilège par des plantes sauvages des zones siliceuses, des bords des chemins en forêt et des zones en friche: le tussilage, les carottes sauvages, la chicorée, les amarantes réfléchies, un framboisier sauvage d'Auvergne, de la renouée poivre d'eau, du lotier corniculé, des mauves sylvestres, de la guimauve, de l'oseille sauvage, des grands plantains et des plantains lancéolés.


  • les plantes cultivées:

Côté plantes cultivées, j'ai choisi des amarantes (3 variétés), des tomates (3 variétés), des physalis, du pourpier, des carottes (2 variétés), des daikon (2 variétés), des navets (2 variétés), des radis (2 variétés), de la mâche (2 variétés), des épinards, des épinards fraises, des tétragones, de la menthe (2 variétés), de la bourrache (riche en potassium et en calcium), des oeillets des montagnes (idem), du thym, de la sarriette, de la mélisse, du basilic (2 variétés), des haricots (5 variétés) en plus des plantes sauvages comestibles.





Pascal Poot, est l'initiateur du conservatoire de la tomate.
tomates - image Kokopelli.
Une des associations surprenantes peut être de diversifier les variétés de solanacées de la famille des tomates. Il existe 1700 espèces de solanacées, dont plus de 1600 variétés de tomates, tomatillos et tomatines. Il existe 87 espèces d'Amarantes, 3200 espèces de brassicacées, . Les lythracées, qui sont les variétés des myrtales des pays froids, comme cultiver des châtaignes d'eau (trapas natans et trapas bicornis; la variété chinoise eleocharis dulcis appartient au genre cypéracées).

Un Permaculteur dans le Var développe des systèmes de cultures sauvages




autres ref
http://www.montlhery.com/tomate2.htm
http://semences-partage.net/viewtopic.php?t=6939
la morelle noire toxique
http://www.jfdumas.fr/La-morelle-noire-Solanum-nigrum_a138.html
la douce amère toxique
http://tomodori.com/forum/topic10453.html
http://forme-tisane974.skyrock.com/2838578306-FICHE-N-2-La-tomate-poc-poc-antioxydant-naturel.html
http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/09/tomates-sans-eau-ni-pesticide-cette-methode-fascine-les-biologistes-257958

Vous aimerez aussi :

Cultiver avec les Limaces et les Escargots

Les limaces sont-elles nuisibles? Du recyclage de la matière, à la cohésion du sol jusqu'au repas favori d'animaux compagnons, les gastéropodes jouent un rôle pionnier dans l'écologie des milieux, jardin potager y compris. Tous les gastéropodes ont un rôle fondamental dans l'équilibre d'un jardin.
La vie secrète des limaces mérite qu'on s'y intéresse. Les limaces existent depuis 350 millions d'années, et ont évolué des escargots terrestres, venant eux-mêmes de la mer. Leur surnom "estomac sur pied" en grec leur colle à la peau.

Les gastéropodes sont pour la vie du sol ce que les abeilles sont pour les plantes à fleurs: un chaînon vital de l'écosystème.


Pourquoi le jardinier adore les vers de terre mais boude les escargots et les limaces?

Cultiver avec les limaces peut paraître fou en agriculture... et pourtant, voici des applications incongrues pour faire des limaces, des compagnons plutôt que des nuisibles. A chaque limace son rôle!

Après…

Le biotope du Noyer - 1ère partie. Le noyer est-il si toxique?

Le Noyer, Juglans Regia, est un arbre à noix cultivé depuis plus de 1000 ans.
Le noyer est-il un arbre toxique? Le noyer est l'un des arbres cultivés les plus controversés. 
Le Noyer a aussi une bonne réputation: il indique les terres arables de bonne qualité. L'arbre est bio indicateur des terres équilibrées, riches en azote, en argile et en eau. Le complexe argilo-humique est souvent excellent.
Le noyer pousse aussi dans des conditions d'hydromorphisme et dans des sols saturés en nitrates. Il tolère même des stations anaérobies, polluées par les nitrites, les molécules chimiques et les métaux lourds.
Au Moyen Age, nombre de paysans français rechignaient à planter des noyers dans les vergers. Les seigneurs accordèrent des aides aux agriculteurs qui en plantaient pour maintenir la culture du noyer dans les campagnes.
C'est un arbre à la mauvaise réputation dans les vergers à cause de sa composition en juglone, un composé chimique qui inhibe la germination et la respirat…

Plantes bio indicatrices

la version actuellemnet en ligne date de 2013 actu 2018: j'aimerais actualiser complètement cet article...
L'observation de la végétation fournit de nombreuses indications sur le sol, sa qualité, sa structure, sa composition, son PH et sur la disponibilité des nutriments. Et donc sur les possibilités de culture, de construction, les démarches à effectuer pour équilibrer les sols ou les enrichir si nécessaire. Il est toujours préférable de choisir les plantes adaptées au terrain et non l'inverse.
En agriculture conventionnelle, le sol est vécu comme un simple réceptacle. En agriculture naturelle, le sol est vivant et on travaille avec la nature dans le but de favoriser l'activité microbienne du sol. L'excès de fertilisants et d'azote, sans parler des amendements de synthèse, favorisent les bactéries pathogènes qui tuent les bactéries dites "efficaces" du sol et créent une concurence effrénee dans le sol qui se vide de vie après 2 ou 3 ans seulement. P…

Cultiver avec les Ronces.

Les Mures sont les fruits des Ronces - rubus fruticosus. Ce sont les baies sauvages les plus connues et les plus appréciées avec les framboises (rubus idaeus) et les myrtilles (vacinium - éricacées).
Selon qu’on affectionne leurs fruits ou que l’on redoute leurs piquants, leur caractère envahissant nous pose problème.

Luttez contre les ronces ? Les brûler ? les arracher ? les tailler ? Vous ne ferez qu’accentuer « le phénomène » et dynamiser leur croissance. Les ronces sont armées pour résister aux assauts du jardinier. Alors comment apprivoiser notre comportement pour apprendre à cultiver avec les ronces?

Une plante fruitière comestible, pionnière, mellifère, hyper productive et qui se gère toute seule : tous les atouts sont réunis pour être une favorite de nos cultures. Les ronces renferment même une substance particulière qui pourrait bien vous intéresser pour vos semis et vos bouturages: une hormone de croissance. Que d’avantages à découvrir pour cette plante pionnière extra+ordi…

Fruits d'hiver rustiques - Cultiver sous la neige 1/2

Cultiver sous la neige? Mais quelle idée!

Des saveurs exotiques sous la neige? Et oui, il existe des goûts sucrés de mangue, de banane, de
goyave, de datte, d'agrume et des saveurs rosés, musqués, épicés dans les variétés nordiques. Ce sont des espèces peu connues, oubliées et même sauvages qui ont été passées sous silence... Ces variétés ont des qualités gustatives et nutritionnelles hors du commun, jusqu'à 30 fois la teneur en vitamines C d'une orange par exemple. Merci la biodiversité! Serez-vous assez curieux pour les re-découvrir?

Au XVII ème siècle, la bourgeoisie se porte plus ouvertement vers les variétés exotiques ramenées des colonies comme symbole de leur richesse. Dans le même temps, l'exode rurale conduit nombre de paysans à quitter leurs campagnes pour devenir ouvriers en ville, censurant par là même leur culture paysanne et leur connaissance des plantes sauvages et des légumes traditionnels. Les traumatismes des guerres mondiales stigmatisent profondément…

Semis, Bouturage et Marcottage et autres techniques de multiplication végétative.

Bouturage, marcottage et pollinisation croisée. 
Bouturer les plantes mères est une manière efficace et rapide de multiplier les plantes, vignes, arbres et arbustes, mais pas que.
Cette technique permet de garder la génétique d'une plante choisie, ses propriétés, son goût, sa maturité, ses résistances naturelles. C'est possible d'opérer à partir des jeunes rameaux de bois vert de moins d'un an au printemps, avant le débourrage des bourgeons, juste à la sortie de l'hiver ou à la fin de l'été-début de l'automne. Cela fonctionne également avec les rejets, un rhizome, une racine, voir d'une feuille selon le pouvoir régénérant de la plante. Les plantes aquatiques, les lianes, vignes, les cannes et les fabacées sont parmi les plus prolifiques; c'est pour cela qu'elles sont souvent envahissantes.

Plusieurs techniques: bouturage simple (plantes feuilles, tomates) bouturages en aquaponie (menthe, basilic, carotte, betterave, patate douce, papyrus, avocat…

La symbiose des lichens.

Les lichens sont des organismes complexes, aux formes et aux couleurs extraordinaires. Ils existent depuis des millions d'années. Ce sont les premiers êtres vivants qui ont colonisé la croûte terrestre. Ils sont pourtant méconnus. Qu'est-ce qu'un lichen?

En réalité, ce n'est pas "UN" organisme, mais DES organismes, vivant en symbiose. Ils forment un
corps symbiotique de plusieurs symbiotes d'un champignon, d'une algue et de cyanobactéries. Le plus souvent, les lichens sont des organismes constitués de deux partenaires.

Le partenaire fongique, le champignon, représente plus de 90 % de sa biomasse. Le partenaire chlorophyllien, le végétal, le complète. Le plus souvent, il s'agit d'un champignon ascomycète (15000 espèces); on les appelle des ascolichens. Le champignon peut également être un basidiomycète (200 espèces) ou un deuteromycète (50 espèces). Le partenaire fongique s'associe à une algue unicellulaire ou filamenteuse.

Ils forment ens…

Micro-organismes EM et bokashi

Ah! L'Automne! Les températures redescendent en dessous de 20°C, les soirées se rafraîchissent et nous faisons les premiers feux de bois. Dès le premier coup de vent, la forêt se pâme de son manteau de feuilles mortes. Et avec elles, les premières effluves des fruits qui fermentent sur le sol. La vie microbienne bat son plein!

C'est le moment opportun pour faire son bokashi d'automne qui va nous servir à renforcer les forces immunitaires et anti-oxydantes du sol pour l'hiver et aider l'arbre et les plantes à lutter contre le stress du froid, des blessures, du gel et de l'excès ou du manque d'eau.

Le biotope du pommier

Le pommier communmalus communis partage le
même biotope que son homologue forestier, le pommier sylvestremalus sylvestris dont certaines espèces cultivées sont issues.
Le pommier vit en moyenne 70 ans et peut atteindre les 100 ans localement. Il fructifie bien jusqu'à 30 ans.
La chênaie-hêtraie claire correspond à son environnement forestier, et plus spécifiquement leur situation en haie fruitière, en fruticée ou dans une clairière.

Les espèces de malus, prunus et de pirus partagent le même biotope. Pommier sauvage, pommier commun, poirier sauvage et poirier commun affectionnent les mêmes plantes compagnes. Ainsi que le cognassier, Cydonia oblonga, que l'on surnomme la pomme de Cydonie ou la poire de Cydonie. Le néflier d'Europe partage aussi une écologique similaire.


















erratum 4:39 germandrée mélampyre des prés


+ la vidéo des résultats de la régénération d'un pommier cultivé est tournée, montage en cours.


Graminées sauvages comestibles

La majorité des graminées sauvages ou cultivées sont comestibles. Les céréales s'accommodent très
bien des sols acides et pauvres, en plaine ou en montagne; on les retrouvent au delà de 3000m d'altitude.

Les graines peuvent être moulues en farine ou torréfiées avant d'être consommées cuites, en bouillie, grumeaux, céréales, pain, pâtes, ou succédanés de café.

Les variétés cultivées ont été sélectionnées et multipliées pour leur teneur en gluten, parfois au delà de 70%, afin de résister aux manipulations des pétrins mécaniques: la pâte obtenue devient suffisamment élastique pour permettre la préparation industrielle. Les préparation industrielle en nécessite pas tant de gluten et peut tendre vers des teneurs inférieurs à 8%, voir nulle, comme avec les farines de riz, de maïs, de quinoa, de millet, de sorgho, du petit épéautre, de soja ou de sarrasin.

Les céréales anciens ou sauvages sont pauvres en gluten, moins de 8% et donc excellents pour la santé. Les quelques espèces …